Déclaration M.C Machon-Honoré à la 42è GC de l’UNESCO

The International Federation of Business & Professional Women is more than 90 years old with around 30K members who touch at least 150K women and girls. We are present in over 100 countries and 5 five continents. We are member of the Council of Europe, the European Lobby of Women, and one of the first NGOs to get consultative status by ECOSOC in 1947.

In many parts of the world, there remain deep-rooted and structural inequalities as well as systemic and legal barriers to the full, equal and meaningful participation of women and girls in social, political and economic life.

BPW is dedicated to accelerating gender equality and empowering women and girls in and through education and vocational training in a lifelong learning perspective, developing their business and professional potential, and fostering financing with a gender perspective, across sectors.

We believe Female leadership including at grassroots level is pivotal in creating a more sustainable, just and democratic world, while advancing women’s rights, especially amid conflicts and natural disasters. By nurturing leadership through programs like the Girls Congress in the Phillipines , BPW sets a powerful precedent for how grassroots efforts can effectively contribute to UNESCO’s mission of global accountability by cultivating the next generation of empowered, informed, and active contributors to a more inclusive and accountable world.

We call for equal representation of women in climate decision-making mechanisms and a gender- responsive approach in all climate change policies.

Promoting STEM education for girls is a matter of rights and access to equal opportunities but it will also boost the world economy and reshape the labour market increasing female talents and career opportunities . Excluding women from the digital world is detrimental to the world economy.

Bridging the Gender Digital Divide is crucial.To this end, we need to address gender norms and barriers to digital literacy and skills, accessibility and online safety.

We commend the leadership of UNESCO in Open Science and Ethics in AI and we believe in UNESCO as a laboratory of ideas and support the ongoing reflection on the transformation of education and on gender equality. We commend UNESCO’s strategy on partnerships- the WWAP multistakeholder coalition for accelerating gender equality in the water domain and the global platform for gender equality in & through education and we are engaged in both.

The International Federation of Business, Professional Women, UNESCO’s official partner for 75 years, pushes for active actions through cooperation so that we, Women and Men, Civil Society and governments can all together, help accelerate the world’s transition to a sustainable 2050 and create the future we all want for sustainable development and for peace.

page1image59771536

42ème Conférence Générale de l’UNESCO

La 42 e session de la Conférence générale s’est déroulée du 7 au 22 novembre 2023, au siège de l’UNESCO, Place Fontenoy. La Conférence générale a lieu tous les deux ans,  comme la Conférence internationale des ONG et alternativement. Elle détermine les programmes et budgets et élit tous les quatre ans le Directeur général ou la Directrice générale, ce qui sera le cas en 2025.

Cette session a vu une augmentation de femmes élues  à de hauts postes comme celui de Présidente de la Conférence générale et du Conseil Exécutif. Le rapport, L’UNESCO en action pour l’égalité des genres pour l’exercice biennal 2022-2023 a été présenté par la Directrice générale lors de cette même Conférence générale. Ce rapport montre les actions concrètes de l’UNESCO et de ses partenaires,  mises en œuvre au cours de l’exercice biennal 2022-2023 afin de réduire les inégalités dans et par une éducation de qualité ; soutenir les femmes dans les sciences et la technologie pour l’action environnementale; promouvoir l’inclusion et combattre la violence de genre ; combler la fracture numérique entre les genres ; et promouvoir l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes dans des situations de crise, d’urgence et de relèvement rapide. L’UNESCO consacre 16% de son budget à l’égalité des genres, l’un des plus élevés dans le système onusien, et  l’une des priorités globales de l’UNESCO, avec la Jeunesse et l’Afrique.

Le débat de politique général  s’est déroulé du 8 au 13 décembre en séance plénière et les Etats membres comme les Observateurs dont BPW International ont pu prendre la parole

A noter  parmi les moments forts : la Commission Education a adopté la révision de la recommandation 1974 sur l’éducation, la coopération pour la compréhension et la paix internationales, et l’éducation relative aux droits de l’homme  et aux libertés fondamentales

L’Établissement, à Riyad (Arabie saoudite), du Centre international de recherche et d’éthique de l’intelligence artificielle en tant que centre placé sous l’égide de l’UNESCO  et le renforcement de l’application de la Recommandation concernant la science et les chercheurs scientifiques.

Pour la première fois, un forum des partenaires s’est déroulé du 7 au 17 novembre dans un espace dédié. L’un des évènements phare de l’UNESCO a été le lancement de la Plateforme pour l’autonomisation des filles et des femmes dans et par l’éducation et pour la promotion de l’égalité de genre. BPW International est membre de la coalition.

  Le Forum des partenariats a également permis l’intervention de collectifs d’ONG partenaires, dans les sessions 14-11 et du 15-11. La représentante de  BPW International  est intervenue dans la session du collectif – Voix des Filles-pour présenter le plaidoyer et les actions  de BPW en CI et Afrique francophone (Burkina Faso et Sénégal).La Voix des Filles a présenté l’événement officiel en coopération avec la Commission nationale UNESCO en Côte d’Ivoire,  avec la participation active de la Présidente du club BPW Bassam-Impérial, membre Bureau Exécutif Voix des Filles.

 BPW International est également intervenu pour le collectif Danse et Paix en Partage et  célébration de la Journée Internationale de la Paix en 2024- avec un rappel de l’engagement de la fondatrice de BPW International  pour la Paix et du rôle clé des femmes dans la résolution des conflits et négociations pour la Paix (ONU 1325) ainsi que pour le maintien et la  construction de la Paix.

Retrouvez le lien pour la 42 UNESCO GC du 13 novembre 2023 matin (BPW International – last speaker)

 

BPW lance son podcast !

Ce podcast abordera la question de l’échec et du rebond des femmes, que ce dernier soit scolaire, entrepreneurial ou sportif. Nous voudrions démystifier l’échec en lui-même, ou du moins, ce qu’on considère comme étant un échec, en parlant de projets qui n’ont pas fonctionné.

Dans ce cadre, nous proposons une première saison en 10 épisodes. Chaque épisode se concentrera sur une femme différente et décortiquera son échec, ses conséquences mais aussi son rebond, s’il y en a eu un. Le but n’est pas ici de dépeindre la femme interviewée comme une femme merveilleuse, mais plutôt comme une personne normale, qui a travaillé dur pour en arriver là ou elle en est. Nous insisterons également sur le fait de présenter l’échec comme faisant partie du parcours à attendre, quel que soit le projet.

Enfin, afin de donner davantage de profondeur à notre analyse, nous préciserons ces interviews au regard des recherches scientifiques récentes sur les biais cognitifs et la manière dont le cerveau humain gère l’échec. Ainsi, une psychologue spécialisée sera également interviewée pour expliquer de façon détaillée les différents processus psychologiques qui entrent en jeu dans la gestion de l’échec.

Notre projet de podcast a pour but de démystifier l’échec et de le normaliser, afin, dans un premier temps, de combattre le syndrome de l’imposteur que peuvent ressentir nombre de femmes qui veulent se lancer dans un projet quelconque, vis à vis de personnes modèles qu’elles ont probablement idéalisées. Dans un second temps, ce podcast cherche également à donner des réponses concrètes aux femmes grâce au partage de connaissances sur le fonctionnement sur cerveau humain et de sa cognition afin de favoriser et d’encourager l’initiative féminine, qu’elle soit scolaire, entrepreneuriale ou sportive.

Le projet a pour ambition de donner des armes aux jeunes femmes qui souhaitent entreprendre des projets de toute nature. On parlera aussi bien de comment créer une entreprise, que de comment briller dans un domaine sportif, que de comment demander une promotion ou des meilleures conditions de travail. Il va ainsi dans le sens de l’émancipation de la femme et de son intégration dans la société au delà des biais sexistes et des freins mentaux qui peuvent entraver sa route.

6th Mediterranean BPW Symposium

« we will only achieve equality when we have incapable women in leadership positions » 

Une délégation française, composée de Valentine Viard, Marie-France Verfaillie, Inès Bourgeois et Apolline Fahy, a participé au 6ème BPW symposium méditerranéen à Nicosie (Chypre) mi novembre. Il s’agissait d’une expérience privilégiée de rencontrer des femmes inspirantes partageant et se battant pour leur convictions.

Ce week-end, placé sous le signe de la sororité a été rythmé par des visites, des rencontres et des conférences enrichissantes.

Nous avons pu assister à des tables rondes et des discours inspirants sur le thème suivant « women protagonists in a game changing economy » par des intervenants aux expériences variées, comme la peéisdente de BPW Chypre, la présidente de chambre du commerce et de l’industrie d’Athènes, le président de la Républqiue de Chypre et d’autres hommes et femmes au parcours divers, tant dans le conseil, que dans le milieu associatif, que dans le milieu politique.

Sous le soleil chypriote, notre délégation française s’est armée de nouvelles idées favorisant l’inclusion des femmes dans notre économie actuelle, grâce à des solutions pratiques à implanter dans tous les domaines de la société, et est repartie chargée à bloc, des idées plein la tête pour faire évoluer la place des femmes dans tous les secteurs professionnels !

INVINCIBLE ÉTÉ

Le 29 Septembre dernier BPW a eu la chance d’assister à un projet collectif et positif : la projection du film “invincible été” réalisé par Stéphanie Pillonca.

C’est aux côtés d’Olivier Goy et Stéphanie Pillonca que l’on peut apercevoir Valentine Viard, Présidente de Business and Professional Women France.

Olivier Goy, aussi surnommé “l’entrepreneur invincible” est cofondateur de la fintech October et fondateur de 123 investment manager. Il raconte qu’en 2020 il fait face à un diagnostic sans cure : il est atteint de la maladie de Charcot. À la suite de ce diagnostic, il souhaite se mobiliser pour expliquer sa maladie, trouver des fonds dédiés à la recherche et sensibiliser les pouvoirs publics. Il décide alors de partager son quotidien au travers d’un film sur lequel il travaille avec Stéphanie Pillonca.

Après un discours émouvant nous avons pu assister à la projection de ce sublime film, parmi un public de 300 personnes. L’association “les invincibles” a pu accompagner l’équipe tout au long de la soirée pour répondre aux questions des invités.

Ce sont ainsi 12 000€ qui ont pu être collectés lors de cette soirée et reversés à l’institut du cerveau.

Destins de Femmes

Le lundi 16 octobre 2023 a eu lieu la première de la pièce de théâtre « Destins de Femmes » adaptée de lu livre éponyme de Valérie Perez-Ennouchi. 

@BPW France, partenaire du projet depuis la rencontre de sa présidente, Valentine Viard avec l’auteure en avril 2023, revient sur le chemin de création de ce spectacle vivant inédit.

Interviewée sur la réalisation de la pièce de théâtre « Destins de Femmes », Valérie Perez-Ennouchi a partagé la genèse de son projet. 

Durant sa carrière de journaliste et grande reporter, elle a voyagé dans le monde entier. Durant chacun de ses voyages, elle a pris le temps de s’intéresser aux femmes qu’elle rencontrait, d’échanger avec elles et de tisser un lien de confiance, notant les détails partagés de leurs situations de vie dans un carnet de voyage. 

Un jour, par hasard, elle rouvre ce carnet et entreprend de mener des recherches sociétales et journalistiques pour découvrir si les situations qu’elle a recensées sont toujours d’actualité. 

Elle partage ce carnet de voyage à un ami psychanalyste, qui, très touché par les parcours de ces femmes, lui suggère de songer à éditer ce carnet, tant ces récits font écho à ce qu’il entend quotidiennement au sein de son cabinet. 

Valérie Perez-Ennouchi nous confie qu’elle ne croyait pas que cet ouvrage puisse être publié, mais que, toujours par hasard, elle l’a envoyé à un autre ami, travaillant dans une maison d’édition. 

L’ouvrage fut un succès dès sa sortie, suivie un mois après sa parution par l’obtention du prix Edgar Faure. 

Pour cette auteure engagée , « son unique mission est de raconter la vie des femmes ». Dans chacune de ces femmes, elle nous dit retrouver une part d’elle-même. D’ailleurs, elle a du mal à utiliser le mot « moi » quand elle parle de son livre, et préfère dire « nous » : les femmes dont elle parle et elle-même. 

 Valérie Perez-Ennouchi nous raconte qu’elle a toujours su que le théâtre était adapté à ce livre, qu’elle a toujours eu envie de mettre en scène ces récits, mais que ce projet fut un long processus. 

Elle souhaitait que ce concept mette en exergue un « féminisme positif » où les femmes et les hommes seraient rassemblés autour d’un même projet. Elle raconte encore comment Jérémie Lippmann a tout de suite adhéré à ce projet d’adaptation et qu’il a su la mettre en œuvre dans le respect de cet état d’esprit. 

Les acteurs, chacune et chacun enjoués par le projet, ont pu choisir leur rôle en fonction des textes qui touchaient le plus leur propre sensibilité. 

 Aujourd’hui, Valérie Perez-Ennouchi partage sa sensation d’avoir accompli sa mission vis-à-vis des femmes silencieuses dont elle retrace les récits : « justice leur est rendue ». 

Ce « pari fou », comme elle en parle, est celui de croire au destin et d’avoir concrétisé une expression du féminisme auquel elle croit : celui d’une cause commune.