Report of Pinella Bombaci BPW Representative at Council of Europe

 

RAPPORT 

 

Conférence des organisations internationales non gouvernementales (OING) du Conseil de l’Europe.

Strasbourg 8 -10 avril 2024 Session de printemps

 

 

 

 

Pinella Bombaci – Représentante BPW au Conseil de l’Europe

 

08 avril

La première partie de la session de printemps du COE les 9 et 10 avril 2024 a été consacrée au discours du nouveau Commissaire aux droits de l’homme, M. Michael O’Flaherty.
Il était ravi d’avoir cette opportunité, considérant la société civile comme cruciale pour la promotion et la protection des droits de l’homme.

« La genèse de chaque norme ou idée en matière de droits de l’homme est venue du cœur de la société civile – de la réflexion sur une Déclaration universelle des droits de l’homme par des philosophes à Paris à la Convention des Nations unies contre la torture, qui a été fortement influencée par le travail d’Amnesty International.

Cette première expérience du monde des ONG m’a révélé le rôle central de la société civile dans le façonnement d’un monde meilleur, une leçon qui m’accompagne encore aujourd’hui. Je peux vous assurer que les leçons que j’ai apprises depuis lors, et tout au long de ma vie professionnelle, continueront d’éclairer mon engagement à être à vos côtés dans notre quête commune d’un monde meilleur. »

Cette lumière doit rester allumée sur les nombreux problèmes qui affectent encore le monde des femmes, et nous devons être très prudents pour que la lumière de l’ONG ne s’éteigne jamais !

Il existe des problèmes qui persistent et méritent d’être résolus :

  • l’égalité des sexes
  • la violence contre les femmes
  • La cyber-violence, notamment la question de l’intelligence artificielle
  • Le problème des migrants
  • Le problème du multireligieux et comment encourager le dialogue interreligieux
  • L’importance d’enseigner le respect des droits de l’homme
  • La responsabilité pénale pour les violations des droits de l’homme
  • Le manque de politiques de protection

 

 

Commissaire aux droits de l’homme, M. Michael O’Flaherty.

Discours prononcé lors de l’échange de vues avec la Conférence des organisations internationales non gouvernementales (CINGO) du Conseil de l’Europe : « Chers amis,

Je vous remercie de m’avoir invité à cet échange de vues avec la Conférence des organisations internationales non gouvernementales du Conseil de l’Europe. C’est ma première intervention publique depuis que j’ai pris mes fonctions, et je suis vraiment ravi d’avoir une telle opportunité, car la société civile est cruciale pour la promotion et la protection des droits de l’homme.

Les ONG, les syndicats, le milieu universitaire, les médias, les praticiens culturels et les communautés religieuses sont à la fois le lubrifiant et un élément clé du système de protection des droits de l’homme. Plusieurs exemples illustrent cela.

La genèse de chaque norme ou idée en matière de droits de l’homme est venue du cœur de la société civile – de la réflexion sur une Déclaration universelle des droits de l’homme par des philosophes à Paris à la Convention des Nations unies contre la torture, qui a été fortement influencée par le travail d’Amnesty International.

Les empreintes de la société civile se retrouvent également dans le développement de nos cadres institutionnels. J’ai vu cela lors des négociations pour la création de la Cour pénale internationale, où la société civile a joué un rôle essentiel dans la réalisation de cet objectif remarquable.

Et la société civile est un observateur critique du système des droits de l’homme, le mettant au défi de donner le meilleur de lui-même et de maintenir son intégrité. Cet aspect est crucial à tous les niveaux, du local à l’international.

Elle est une force motrice pour la réforme, souvent à l’avant-garde de la mise en place de structures nationales des droits de l’homme. Dans le contexte particulier du Conseil de l’Europe, elle joue un rôle crucial dans les litiges devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Enfin, et peut-être surtout, la défense héroïque des droits de l’homme par la société civile, souvent au péril de leur vie, mérite le plus profond respect et la gratitude.

Restant sur la question des risques et des dangers, je reconnais que ce sont des temps difficiles pour la société civile, marqués par les pressions d’une réglementation excessive, le déni d’accès aux décideurs, les menaces et les intimidations, ainsi que les restrictions aux droits fondamentaux tels que la liberté de réunion, d’expression et de mouvement.

De telles adversités doivent être considérées pour ce qu’elles sont : des efforts calculés pour instiller la peur et réduire au silence la société civile.

 

 

Ces menaces ne sont pas réparties de manière équitable. Elles sont très spécifiques à certaines géographies et à certaines questions. Si vous travaillez sur les questions environnementales, vous pouvez être confronté à des menaces et des attaques très sérieuses. Si vous défendez les droits de l’homme des personnes LGBTI ou des femmes, vous pouvez vous retrouver dans une situation extrêmement vulnérable et dangereuse. De plus, les groupes confessionnels, tels que les communautés juives ou musulmanes, font face à un examen intense et à une pression importante.

In the midst of these challenges, the need to protect civil society has risen to  unprecedented levels. 

Commissaire, je m’engage à donner la priorité à la défense de la société civile, poursuivant ainsi le travail de mes prédécesseurs, et en particulier de Dunja Mijatović, qui n’a ménagé aucun effort pour soutenir les défenseurs des droits de l’homme. À quoi ressemblera cet engagement dans la pratique ? Voici cinq éléments.

Premièrement, j’ai l’intention de dialoguer en continu avec la société civile et d’organiser des tables rondes, ainsi que de les consulter sur des questions liées à des pays ou des thèmes spécifiques, afin d’intégrer leurs perspectives dans mon analyse et ma compréhension.

Deuxièmement, je vais intégrer la perspective de la société civile dans le programme de travail lorsque cela est pertinent, afin de garantir que les questions ayant une composante de société civile soient pleinement prises en compte.

Troisièmement, l’une des marques de fabrique du rôle de Commissaire est de soutenir ceux qui sont en danger, et j’ai l’intention de suivre les traces de mes prédécesseurs en restant aux côtés des défenseurs des droits de l’homme et des titulaires de droits et en leur offrant mon soutien dans la mesure du possible.

Quatrièmement, je vais travailler en étroite collaboration avec des partenaires, y compris les rapporteurs spéciaux pertinents des Nations unies, pour renforcer nos efforts collectifs visant à défendre la société civile.

Enfin, mon engagement s’étendra également à l’intérieur du Conseil de l’Europe, en m’alignant sur des initiatives clés telles que la feuille de route du Secrétaire général sur la société civile, afin de garantir une approche cohérente et solidaire.

Alors que je conclus ces remarques introductives, permettez-moi de revenir sur un moment du passé. Il y a environ quarante ans, j’ai entamé mon parcours dans le monde des non

 

Organisations gouvernementales. C’était à Amnesty International à Genève en tant qu’étudiant émerveillé. Nos réunions se déroulaient dans un bâtiment froid et venteux, avec la pluie qui traversait le plafond. Cependant, j’y ai appris des leçons inestimables sur l’organisation, la responsabilité et la gestion. La clarté de la mission – défendre les prisonniers de conscience avec une précision inébranlable – transparaissait. Et c’est là que j’ai vu les véritables moteurs des droits de l’homme en action. Il ne s’agissait pas des bureaucrates ou des fonctionnaires, mais des héros méconnus qui, sans attendre reconnaissance ni récompense, consacraient d’innombrables heures à la cause de leurs semblables. Cet engagement profond envers le service et les résultats tangibles qu’il produisait semaine après semaine, comme les annonces de libération d’individus, les réunions de familles, les exécutions stoppées, soulignaient la puissance de l’effort collectif. Cette première expérience du monde des ONG m’a révélé le rôle central de la société civile dans la construction d’un monde meilleur, une leçon qui m’accompagne encore aujourd’hui. Je peux vous assurer que les leçons que j’ai apprises depuis lors, et tout au long de ma vie professionnelle, continueront à guider mon engagement à être à vos côtés dans notre quête commune pour un monde meilleur.

 

Le 09 avril, Gerhard Ermischer a été réélu président de la Conférence des ONG internationales.

Le 9 avril, la Conférence réunissant toutes les ONG internationales bénéficiant du statut participatif auprès du Conseil de l’Europe a tenu des élections pour désigner ses organes dirigeants. Gerhard Ermischer a été réélu président pour diriger la Conférence pour un nouveau mandat de trois ans, accompagné d’un nouveau Comité permanent composé de cinq femmes et cinq hommes.

« Nous traversons des moments difficiles, marqués notamment par la récente crise du COVID, l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie et un environnement de plus en plus hostile pour la société civile dans de nombreux pays », a déclaré M. Ermischer. « Mais beaucoup a été fait pour renforcer le rôle de la Conférence des ONG internationales (CINGO) et elle est désormais de plus en plus consultée sur de nouveaux instruments et politiques, notamment par le Comité des Ministres et l’Assemblée parlementaire. La participation de la société civile aux activités du Conseil de l’Europe a été reconnue comme un objectif important lors du Sommet de Reykjavik, mais nous devons maintenant gravir une montagne escarpée ».

Les travaux commenceront immédiatement sur la préparation du plan stratégique triennal pour 2025-2027, qui sera finalisé et adopté lors de la prochaine session de la CINGO à l’automne, en encourageant les systèmes de réunions en ligne pour des contacts constants.


Les Vice-Présidents élus sont :

  • Geneviève LALOY
  • Piotr Sadoski

Le Conseil d’experts sur le droit des ONG de la Conférence des organisations non gouvernementales internationales (CINGO), sous la direction de Jeremy McBride, vient de publier une étude sur la stigmatisation des ONG en Europe. L’objectif est d’identifier les principales sources de stigmatisation des ONG ainsi que les politiques et pratiques qui ont contribué à ou facilité leur stigmatisation, sur fond d’attitudes négatives envers certains objectifs et activités des ONG. Les efforts des ONG pour lutter contre la stigmatisation et les stratégies potentielles supplémentaires proposées par les ONG pour aborder le problème sont également discutés dans l’étude.

Elle est principalement basée sur les réponses à un questionnaire, qui a été élaboré par le Conseil d’experts avec la contribution de la Direction générale de la démocratie et de la dignité humaine du Conseil de l’Europe. Au total, 55 réponses au questionnaire ont été reçues de la part d’ONG opérant dans 31 États membres et la Fédération de Russie, ainsi que de deux ONG internationales.

On espère que l’étude permettra de mieux comprendre la stigmatisation persistante de certains types d’ONG et facilitera la discussion entre les parties prenantes en Europe sur les mesures les mieux adaptées pour aborder ou atténuer ce problème.

Jeremy McBride a souligné la nécessité d’établir un registre CINGO avec l’introduction de limites et de contrôles à des fins de transparence.

 

La deuxième partie de la session a également été consacrée à l’élection des membres du Comité permanent, à l’approbation des rapports d’activité finaux des comités thématiques arrivant à leur terme, et à l’approbation de huit nouveaux comités comme suit :

Territoires inclusifs, Environnement et Santé

  1. Présidente Anne Marie CHAVANON : amchavanon@gmail.com

Droits de l’enfant en Europe

  1. Président HERMINIO Correa : herminio.correa@gmail.com

Éducation pour la démocratie

  1. Présidente Arja Krauchenberg

Droits de l’homme, démocratie et intelligence artificielle

  1. Président Gilbert Flam

Dialogue interreligieux et interconvictionnel

  1. Présidente Gabriela FREY : gabrielafrey@europeanbuddhism.org

Questions de migration

  1. Présidente Christine Monty

ONG comme défenseurs de l’égalité des sexes et des droits des femmes

  1. Présidente Bettina HAHNE : bettina.hahne@fastmail.fm

Sports et droits de l’homme

  1. Présidente Marichu Rall

 

 

La Conférence a également discuté des éléments pour une stratégie sur l’égalité des sexes, approuvé une communication sur la migration et le contexte électoral, et discuté de la possible création d’un mécanisme pour identifier et suivre les tendances problématiques concernant l’espace civique en Europe. En préparation de son nouveau plan stratégique triennal pour 2025-2027, qui sera adopté lors de la session d’automne, la CINGO a entamé une série de consultations ; elle a ainsi tenu un échange de vues avec :

  • Matjaz Gruden, Directeur de la Démocratie, qui a présenté les implications possibles du sommet de Reykjavik pour l’avenir de la coopération entre le Conseil de l’Europe et la société civile.
  • Mme Tanja Kleinsorge, Chef du Processus de Reykjavik et du Département de l’Environnement, qui a informé la CINGO du travail du nouveau Département et de la Force de travail inter-secrétariats sur l’Environnement.

 

*** 

Les droits de l’homme sont universels, indivisibles et interdépendants (Déclaration de Vienne adoptée lors de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme en 1993). De plus, les droits sociaux, économiques et culturels doivent être pleinement mis en œuvre.

Cependant, nous observons que ces droits sont encore sous-développés et souvent considérés comme des droits de deuxième catégorie, réduits à des objets de politique sociale et non pas comme de vrais droits à attendre et à défendre en justice.

À cet égard, le Comité Éducation pour la démocratie a fait une proposition : cette proposition vise à renforcer l’éducation et la démocratie, l’inclusion et la durabilité au sein du Conseil de l’Europe, en reconnaissant l’éducation comme un outil crucial pour l’autogouvernance démocratique et la prospérité sociale. Il met l’accent sur la nécessité de relever des défis tels que l’accès universel à une éducation de haute qualité, l’équité et la non-discrimination, en se concentrant particulièrement sur la réduction des écarts entre les milieux sociaux et l’intégration de nouveaux paradigmes tels que l’accès numérique.

Le Comité souligne également l’importance des droits des minorités et des chances égales en matière d’éducation et de recherche, en mettant particulièrement l’accent sur le droit à une éducation de qualité pour tous. Il insiste sur la nécessité de coopération entre les secteurs de l’éducation formelle, non formelle et informelle, visant à renforcer la mise en œuvre d’outils et de politiques pertinents pour soutenir la culture démocratique et l’éducation à travers l’Europe.

 

 

La Conférence a également discuté des éléments pour une stratégie sur l’égalité des sexes, approuvé une communication sur la migration et le contexte électoral, et la possible création d’un mécanisme pour identifier et suivre les tendances problématiques concernant l’espace civique en Europe. En préparation de son nouveau plan stratégique triennal pour 2025-2027, qui sera adopté lors de la session d’automne, la CINGO a entamé une série de consultations. À cet effet, elle a organisé un échange de vues avec :

  • Matjaz Gruden, Directeur de la Démocratie, qui a présenté les possibles implications du sommet de Reykjavik pour l’avenir de la coopération entre le Conseil de l’Europe et la société civile.

Mme Tanja Kleinsorge, Chef du Processus de Reykjavik et du Département de l’Environnement, qui a informé la CINGO du travail du nouveau Département et de la Force de travail inter-secrétariats sur l’Environnement.

  • Le Comité Éducation pour la démocratie a présenté une proposition visant à renforcer l’éducation et la démocratie, l’inclusion et la durabilité, au sein du Conseil de l’Europe, en reconnaissant l’éducation comme un outil crucial pour l’autogouvernance démocratique et la prospérité sociale. Il met l’accent sur la nécessité de relever des défis tels que l’accès universel à une éducation de haute qualité, l’équité et la non-discrimination, en se concentrant particulièrement sur la réduction des écarts entre les milieux sociaux et l’intégration de nouveaux paradigmes tels que l’accès numérique. Le comité a également souligné l’importance des droits des minorités et des chances égales en matière d’éducation et de recherche, en mettant l’accent sur le droit à une éducation de qualité pour tous, afin de soutenir la culture démocratique et l’éducation à travers l’Europe. Une autre action importante est le travail du Comité d’experts sur les droits de l’enfant.

 

Promoting the tights of the child is crucial for our future.

 

Dans la Convention relative aux droits de l’enfant, un enfant désigne tout être humain de moins de dix-huit ans ; les nourrissons, les enfants et les adolescents.

Article 2 : Assurer que cet enfant est protégé contre toutes les formes de discrimination ou de punition en fonction du statut, des activités, des opinions exprimées ou des croyances des parents de l’enfant.

Article 3 : Dans toutes les actions concernant les enfants, que ce soit par les tribunaux de justice, les autorités administratives, etc., l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.

Article 8 : Respecter le droit de l’enfant de préserver son identité, y compris sa nationalité, son nom et ses relations familiales.

Article 9 : Maintenir les relations personnelles de l’enfant et le contact direct avec ses deux parents de manière régulière, sauf si cela est contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Article 11 : Lutter contre le transfert illicite d’enfants à l’étranger.

Article 18 : Assurer la reconnaissance du principe selon lequel les deux parents ont des responsabilités communes pour l’éducation et le développement de l’enfant.

Article 20 : Un enfant temporairement ou définitivement privé de son environnement familial, ou dont le meilleur intérêt ne peut être laissé dans cet environnement, a droit à une protection et une assistance spéciales.

Article 21 : Le système d’adoption doit garantir que l’intérêt supérieur de l’enfant est la considération primordiale.

Article 22 : Garantir qu’un enfant qui cherche le statut de réfugié ou qui est considéré comme un réfugié reçoive une protection appropriée et une assistance humanitaire, qu’il soit accompagné ou non par ses parents ou par une autre personne.

Une attention particulière a également été consacrée au sujet de l’intelligence artificielle. Les besoins suivants ont été représentés :

  • Rapidité
  • Règles légales pour protéger l’homme et ses droits

 

Les Femmes d’Affaires et Professionnelles BPW Europe ont pris des mesures pour agir en synergie avec d’autres organes européens. Elles ont également formulé des recommandations au Comité européen des droits de l’homme. Enfin, les crimes de guerre ont été discutés et certains concepts ont été partagés :

  • Éduquer les jeunes contre la violence
  • Retrouver la paix
  • Ne pas accepter l’inacceptable
  • La paix est possible et les organisations non gouvernementales, en collaboration avec le Conseil de l’Europe, doivent jouer un rôle important en intervenant pour atténuer les conséquences, aider les personnes impliquées et surtout les enfants. C’est un travail sans fin, en se rappelant toujours que l’absence de guerre n’est pas la paix.

Étroitement lié est le concept de diffuser l’importance du sport parmi les jeunes, et pas seulement pour le bien-être physique. Le sport peut se révéler être un outil exceptionnel pour diffuser des valeurs importantes parmi les jeunes telles que l’égalité, l’acceptation des autres cultures, l’intégration des migrants, contre la discrimination, la pauvreté, l’homophobie et le racisme.

Les droits de l’homme sont universels, indivisibles et interdépendants (Déclaration de Vienne adoptée lors de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme en 1993). De plus, les droits sociaux, économiques et culturels doivent être pleinement mis en œuvre. Cependant, nous observons que ces droits sont encore sous-développés et souvent considérés comme des droits de deuxième catégorie, réduits à des objets de politique sociale et non pas comme de vrais droits à attendre et à défendre en justice.

À cet égard, le Comité Éducation pour la démocratie a fait une proposition : cette proposition vise à renforcer l’éducation et la démocratie, l’inclusion et la durabilité au sein du Conseil de l’Europe, en reconnaissant l’éducation comme un outil crucial pour l’autogouvernance démocratique et la prospérité sociale. Il met l’accent sur la nécessité de relever des défis tels que l’accès universel à une éducation de haute qualité, l’équité et la non-discrimination, en se concentrant particulièrement sur la réduction des écarts entre les milieux sociaux et l’intégration de nouveaux paradigmes tels que l’accès numérique. Le comité a également souligné l’importance des droits des minorités et des chances égales en matière d’éducation et de recherche, en mettant l’accent sur le droit à une éducation de qualité pour tous, afin de soutenir la culture démocratique et l’éducation à travers l’Europe. Pinella Bombaci – Représentante de BPW au Conseil de l’Europe.

BPW – EUROPE MANIFESTO 2024

Manifeste de l’Europe BPW

APPEL : INVESTIR DANS LES FEMMES D’AFFAIRES ET PROFESSIONNELLES POUR PLUS D’ÉGALITÉ DES SEXES, DE DROITS ET D’OPPORTUNITÉS DANS L’AVENIR DE L’EUROPE !

Nous voulons nous assurer que toutes les femmes en Europe atteignent une égalité des droits et des opportunités dans les affaires et toutes les professions. Les femmes représentent la moitié de la population, cependant en 2024, il existe encore des questions d’autonomisation, d’égalité des sexes et de représentation proportionnelle dans l’égalité de rémunération pour un travail égal, les conseils d’administration, la prise de décision et le leadership en Europe.

Après 10 ans de négociations, la directive dite « femmes dans les conseils d’administration » (UE) (2022/2381), visant à améliorer l’équilibre entre les sexes parmi les administrateurs des sociétés cotées en bourse et les mesures connexes, ainsi que les nouvelles règles sur la transparence des salaires entre hommes et femmes, ont été adoptées en 2023 pour atteindre des objectifs clairs pour les postes d’administrateurs d’ici mi-2026. Le processus de mise en œuvre au niveau des États membres commencera en 2024 et au-delà pour une conformité juste, correcte et équitable. Des orientations de l’UE sont nécessaires !

En 2019, l’écart entre les sexes en matière de pensions entre hommes et femmes a atteint 29,5 % en moyenne au sein de l’Union européenne. Causé par diverses inégalités sur le marché du travail et malgré les initiatives européennes visant à promouvoir l’égalité des sexes dans ce domaine, cela entraîne un risque plus élevé de pauvreté pour les femmes retraitées. C’est un point de mire de la Présidence belge de l’UE en 2024.

Avec l’adhésion récente à la Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe de 2016 sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, l’UE est déterminée à prévenir, condamner et combattre la violence à l’égard des femmes et des filles sous toutes ses formes. Le Parlement européen et les États membres ont adopté en 2024 la directive sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles pour répondre aux normes de la Convention d’Istanbul. Il est temps de maintenir les ambitions pour faire de la violence à l’égard des femmes et des filles une priorité politique et sa mise en œuvre « réelle » dans toute l’Europe !

Manifeste de BPW Europe pour les élections de l’UE 2024

L’Agenda Femmes, Paix et Sécurité (WPS) est également identifié comme une priorité dans le pilier « Agir » de la boussole stratégique de l’UE (2022). S’appuyant sur le dernier plan d’action de l’UE et l’intégration de l’Agenda WPS dans les missions et opérations de la politique de sécurité et de défense communes de l’UE, la mise en œuvre de l’Agenda WPS dans les processus de paix est à prévoir. Un soutien continu aux femmes et aux filles en Ukraine est essentiel, elles doivent faire partie de la reconstruction de l’Ukraine.

L’investissement dans les femmes d’affaires et professionnelles dans le cadre de la transition verte, numérique et équitable à partir de 2024 et au-delà est essentiel pour le marché du travail, l’économie et la reprise, et s’est avéré bénéfique pour l’Europe. En fait, l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes a déjà démontré qu’une stratégie efficace et globale en matière d’égalité des sexes entraînerait des gains macroéconomiques pour l’Europe. D’ici 2050, l’amélioration de l’égalité des sexes entraînerait une augmentation du PIB par habitant de l’UE de 6,1 à 9,6 %, ce qui représente 1,95 à 3,15 billions d’euros.

Pour cela, le Parlement européen et la Commission européenne auront plus que jamais besoin d’une représentation forte, dédiée et active des droits des femmes et de l’égalité des sexes au sein de la commission FEMM du Parlement européen et d’autres de ses commissions, ainsi que du futur commissaire dans leur nouveau mandat à partir de 2024. De plus, l’UE doit adopter une stratégie de mainstreaming de genre, y compris un budget sensible au genre, pour s’appliquer à tous les instruments politiques de l’UE et accorder une attention particulière aux changements majeurs tels que les transitions numérique et verte. Enfin, BPW Europe soutient la campagne EWL 50/50 pour les élections européennes.

 

Manifeste de l’Europe BPW pour les élections de l’UE 2024

Ce que nous voulons ?

Une Europe qui :

  • Assure une égalité de rémunération pour un travail égal entre les femmes et les hommes
  • Obtient un équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour les femmes et les hommes soutenu par des incitations, des infrastructures, des politiques et des lois
  • Réalise l’égalité des femmes dans la prise de décision politique et dans les conseils d’administration
  • Donne du pouvoir aux femmes dans leur potentiel professionnel et de leadership
  • Garantit l’indépendance économique égale de toutes les femmes
  • Libère de toute discrimination et harcèlement à l’égard des femmes au travail
  • Alloue et met en œuvre des budgets sensibles au genre pour réaliser les droits des femmes et l’égalité à tous les niveaux
  • Représente les femmes dans la vie économique, civile et politique

Qui sommes-nous ?

Business Professional Women (BPW) International a été fondée en 1930 à Genève. Elle est devenue un réseau international de 30 000 membres dans 114 pays. BPW Europe est la région la plus forte avec 18 000 membres en Europe. BPW est un membre fondateur du Lobby européen des femmes (EWL) et est accrédité auprès du Conseil de l’Europe avec un statut consultatif. BPW International a obtenu un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) depuis 1947. BPW a collaboré à la promotion des Principes d’autonomisation des femmes (WEP) lancés par ONU Femmes et le Bureau du Pacte mondial des Nations unies. BPW Europe fait partie de la campagne du Parlement européen pour les élections de l’UE. BPW développe le potentiel professionnel, commercial et de leadership des femmes à travers le renforcement des compétences, le réseautage, la défense des intérêts et le mentorat dans le monde entier.

Registre de transparence de l’UE: 836392015840-91

Manifeste de l’Europe BPW pour les élections de l’UE 2024

PARTICIPEZ À NOTRE CONCOURS D’ELLE’OQUENCE

Nous avons le plaisir de vous annoncer que l’association Business and Professional Women France organise un passionnant concours d’éloquence !

Nous vous convions dans cette optique à  participer à un cours d’éloquence, ouvert à toutes (voir les conditions de participation ici).

Les formations auront lieu :

  • le 16 mars à Chartres
  • le 6 avril à Paris
  • le 13 avril à Lyon
  • le 27 avril a Amiens

 

Ce projet a pour ambition de surmonter les obstacles et les appréhensions souvent rencontrés lors des prises de parole et des négociations. Il vise à permettre une meilleure appréhension des codes d’un discours pertinent et percutant. Les participantes seront ainsi mieux armées pour faire face à d’éventuels entretiens ou négociations.

Nous sommes heureux de compter sur le soutien de l’association Révolte toi Sorbonne, spécialisée dans l’art oratoire et partenaire de notre initiative. Leur mission est de promouvoir la parole sous toutes ses formes : pitch, débat, plaidoirie, discussion.
Les participantes auront l’opportunité de participer au débat final à Lille, soutenu par La Voix du Nord.

Vous inscrire via le lien suivant : https://www.helloasso.com/associations/bpw-eloquence-france/evenements/formation-a-l-art-oratoire

Nous espérons vivement pouvoir compter sur vous pour participer à cette expérience unique et pour relayer l’information, offrant ainsi à un maximum de personnes la possibilité d’en bénéficier.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire ! Nous avons hâte de vous voir !!

 

Déclaration M.C Machon-Honoré à la 42è GC de l’UNESCO

The International Federation of Business & Professional Women is more than 90 years old with around 30K members who touch at least 150K women and girls. We are present in over 100 countries and 5 five continents. We are member of the Council of Europe, the European Lobby of Women, and one of the first NGOs to get consultative status by ECOSOC in 1947.

In many parts of the world, there remain deep-rooted and structural inequalities as well as systemic and legal barriers to the full, equal and meaningful participation of women and girls in social, political and economic life.

BPW is dedicated to accelerating gender equality and empowering women and girls in and through education and vocational training in a lifelong learning perspective, developing their business and professional potential, and fostering financing with a gender perspective, across sectors.

We believe Female leadership including at grassroots level is pivotal in creating a more sustainable, just and democratic world, while advancing women’s rights, especially amid conflicts and natural disasters. By nurturing leadership through programs like the Girls Congress in the Phillipines , BPW sets a powerful precedent for how grassroots efforts can effectively contribute to UNESCO’s mission of global accountability by cultivating the next generation of empowered, informed, and active contributors to a more inclusive and accountable world.

We call for equal representation of women in climate decision-making mechanisms and a gender- responsive approach in all climate change policies.

Promoting STEM education for girls is a matter of rights and access to equal opportunities but it will also boost the world economy and reshape the labour market increasing female talents and career opportunities . Excluding women from the digital world is detrimental to the world economy.

Bridging the Gender Digital Divide is crucial.To this end, we need to address gender norms and barriers to digital literacy and skills, accessibility and online safety.

We commend the leadership of UNESCO in Open Science and Ethics in AI and we believe in UNESCO as a laboratory of ideas and support the ongoing reflection on the transformation of education and on gender equality. We commend UNESCO’s strategy on partnerships- the WWAP multistakeholder coalition for accelerating gender equality in the water domain and the global platform for gender equality in & through education and we are engaged in both.

The International Federation of Business, Professional Women, UNESCO’s official partner for 75 years, pushes for active actions through cooperation so that we, Women and Men, Civil Society and governments can all together, help accelerate the world’s transition to a sustainable 2050 and create the future we all want for sustainable development and for peace.

page1image59771536

42ème Conférence Générale de l’UNESCO

La 42 e session de la Conférence générale s’est déroulée du 7 au 22 novembre 2023, au siège de l’UNESCO, Place Fontenoy. La Conférence générale a lieu tous les deux ans,  comme la Conférence internationale des ONG et alternativement. Elle détermine les programmes et budgets et élit tous les quatre ans le Directeur général ou la Directrice générale, ce qui sera le cas en 2025.

Cette session a vu une augmentation de femmes élues  à de hauts postes comme celui de Présidente de la Conférence générale et du Conseil Exécutif. Le rapport, L’UNESCO en action pour l’égalité des genres pour l’exercice biennal 2022-2023 a été présenté par la Directrice générale lors de cette même Conférence générale. Ce rapport montre les actions concrètes de l’UNESCO et de ses partenaires,  mises en œuvre au cours de l’exercice biennal 2022-2023 afin de réduire les inégalités dans et par une éducation de qualité ; soutenir les femmes dans les sciences et la technologie pour l’action environnementale; promouvoir l’inclusion et combattre la violence de genre ; combler la fracture numérique entre les genres ; et promouvoir l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes dans des situations de crise, d’urgence et de relèvement rapide. L’UNESCO consacre 16% de son budget à l’égalité des genres, l’un des plus élevés dans le système onusien, et  l’une des priorités globales de l’UNESCO, avec la Jeunesse et l’Afrique.

Le débat de politique général  s’est déroulé du 8 au 13 décembre en séance plénière et les Etats membres comme les Observateurs dont BPW International ont pu prendre la parole

A noter  parmi les moments forts : la Commission Education a adopté la révision de la recommandation 1974 sur l’éducation, la coopération pour la compréhension et la paix internationales, et l’éducation relative aux droits de l’homme  et aux libertés fondamentales

L’Établissement, à Riyad (Arabie saoudite), du Centre international de recherche et d’éthique de l’intelligence artificielle en tant que centre placé sous l’égide de l’UNESCO  et le renforcement de l’application de la Recommandation concernant la science et les chercheurs scientifiques.

Pour la première fois, un forum des partenaires s’est déroulé du 7 au 17 novembre dans un espace dédié. L’un des évènements phare de l’UNESCO a été le lancement de la Plateforme pour l’autonomisation des filles et des femmes dans et par l’éducation et pour la promotion de l’égalité de genre. BPW International est membre de la coalition.

  Le Forum des partenariats a également permis l’intervention de collectifs d’ONG partenaires, dans les sessions 14-11 et du 15-11. La représentante de  BPW International  est intervenue dans la session du collectif – Voix des Filles-pour présenter le plaidoyer et les actions  de BPW en CI et Afrique francophone (Burkina Faso et Sénégal).La Voix des Filles a présenté l’événement officiel en coopération avec la Commission nationale UNESCO en Côte d’Ivoire,  avec la participation active de la Présidente du club BPW Bassam-Impérial, membre Bureau Exécutif Voix des Filles.

 BPW International est également intervenu pour le collectif Danse et Paix en Partage et  célébration de la Journée Internationale de la Paix en 2024- avec un rappel de l’engagement de la fondatrice de BPW International  pour la Paix et du rôle clé des femmes dans la résolution des conflits et négociations pour la Paix (ONU 1325) ainsi que pour le maintien et la  construction de la Paix.

Retrouvez le lien pour la 42 UNESCO GC du 13 novembre 2023 matin (BPW International – last speaker)

 

BPW lance son podcast !

Ce podcast abordera la question de l’échec et du rebond des femmes, que ce dernier soit scolaire, entrepreneurial ou sportif. Nous voudrions démystifier l’échec en lui-même, ou du moins, ce qu’on considère comme étant un échec, en parlant de projets qui n’ont pas fonctionné.

Dans ce cadre, nous proposons une première saison en 10 épisodes. Chaque épisode se concentrera sur une femme différente et décortiquera son échec, ses conséquences mais aussi son rebond, s’il y en a eu un. Le but n’est pas ici de dépeindre la femme interviewée comme une femme merveilleuse, mais plutôt comme une personne normale, qui a travaillé dur pour en arriver là ou elle en est. Nous insisterons également sur le fait de présenter l’échec comme faisant partie du parcours à attendre, quel que soit le projet.

Enfin, afin de donner davantage de profondeur à notre analyse, nous préciserons ces interviews au regard des recherches scientifiques récentes sur les biais cognitifs et la manière dont le cerveau humain gère l’échec. Ainsi, une psychologue spécialisée sera également interviewée pour expliquer de façon détaillée les différents processus psychologiques qui entrent en jeu dans la gestion de l’échec.

Notre projet de podcast a pour but de démystifier l’échec et de le normaliser, afin, dans un premier temps, de combattre le syndrome de l’imposteur que peuvent ressentir nombre de femmes qui veulent se lancer dans un projet quelconque, vis à vis de personnes modèles qu’elles ont probablement idéalisées. Dans un second temps, ce podcast cherche également à donner des réponses concrètes aux femmes grâce au partage de connaissances sur le fonctionnement sur cerveau humain et de sa cognition afin de favoriser et d’encourager l’initiative féminine, qu’elle soit scolaire, entrepreneuriale ou sportive.

Le projet a pour ambition de donner des armes aux jeunes femmes qui souhaitent entreprendre des projets de toute nature. On parlera aussi bien de comment créer une entreprise, que de comment briller dans un domaine sportif, que de comment demander une promotion ou des meilleures conditions de travail. Il va ainsi dans le sens de l’émancipation de la femme et de son intégration dans la société au delà des biais sexistes et des freins mentaux qui peuvent entraver sa route.

6th Mediterranean BPW Symposium

« we will only achieve equality when we have incapable women in leadership positions » 

Une délégation française, composée de Valentine Viard, Marie-France Verfaillie, Inès Bourgeois et Apolline Fahy, a participé au 6ème BPW symposium méditerranéen à Nicosie (Chypre) mi novembre. Il s’agissait d’une expérience privilégiée de rencontrer des femmes inspirantes partageant et se battant pour leur convictions.

Ce week-end, placé sous le signe de la sororité a été rythmé par des visites, des rencontres et des conférences enrichissantes.

Nous avons pu assister à des tables rondes et des discours inspirants sur le thème suivant « women protagonists in a game changing economy » par des intervenants aux expériences variées, comme la peéisdente de BPW Chypre, la présidente de chambre du commerce et de l’industrie d’Athènes, le président de la Républqiue de Chypre et d’autres hommes et femmes au parcours divers, tant dans le conseil, que dans le milieu associatif, que dans le milieu politique.

Sous le soleil chypriote, notre délégation française s’est armée de nouvelles idées favorisant l’inclusion des femmes dans notre économie actuelle, grâce à des solutions pratiques à implanter dans tous les domaines de la société, et est repartie chargée à bloc, des idées plein la tête pour faire évoluer la place des femmes dans tous les secteurs professionnels !

INVINCIBLE ÉTÉ

Le 29 Septembre dernier BPW a eu la chance d’assister à un projet collectif et positif : la projection du film “invincible été” réalisé par Stéphanie Pillonca.

C’est aux côtés d’Olivier Goy et Stéphanie Pillonca que l’on peut apercevoir Valentine Viard, Présidente de Business and Professional Women France.

Olivier Goy, aussi surnommé “l’entrepreneur invincible” est cofondateur de la fintech October et fondateur de 123 investment manager. Il raconte qu’en 2020 il fait face à un diagnostic sans cure : il est atteint de la maladie de Charcot. À la suite de ce diagnostic, il souhaite se mobiliser pour expliquer sa maladie, trouver des fonds dédiés à la recherche et sensibiliser les pouvoirs publics. Il décide alors de partager son quotidien au travers d’un film sur lequel il travaille avec Stéphanie Pillonca.

Après un discours émouvant nous avons pu assister à la projection de ce sublime film, parmi un public de 300 personnes. L’association “les invincibles” a pu accompagner l’équipe tout au long de la soirée pour répondre aux questions des invités.

Ce sont ainsi 12 000€ qui ont pu être collectés lors de cette soirée et reversés à l’institut du cerveau.

Destins de Femmes

Le lundi 16 octobre 2023 a eu lieu la première de la pièce de théâtre « Destins de Femmes » adaptée de lu livre éponyme de Valérie Perez-Ennouchi. 

@BPW France, partenaire du projet depuis la rencontre de sa présidente, Valentine Viard avec l’auteure en avril 2023, revient sur le chemin de création de ce spectacle vivant inédit.

Interviewée sur la réalisation de la pièce de théâtre « Destins de Femmes », Valérie Perez-Ennouchi a partagé la genèse de son projet. 

Durant sa carrière de journaliste et grande reporter, elle a voyagé dans le monde entier. Durant chacun de ses voyages, elle a pris le temps de s’intéresser aux femmes qu’elle rencontrait, d’échanger avec elles et de tisser un lien de confiance, notant les détails partagés de leurs situations de vie dans un carnet de voyage. 

Un jour, par hasard, elle rouvre ce carnet et entreprend de mener des recherches sociétales et journalistiques pour découvrir si les situations qu’elle a recensées sont toujours d’actualité. 

Elle partage ce carnet de voyage à un ami psychanalyste, qui, très touché par les parcours de ces femmes, lui suggère de songer à éditer ce carnet, tant ces récits font écho à ce qu’il entend quotidiennement au sein de son cabinet. 

Valérie Perez-Ennouchi nous confie qu’elle ne croyait pas que cet ouvrage puisse être publié, mais que, toujours par hasard, elle l’a envoyé à un autre ami, travaillant dans une maison d’édition. 

L’ouvrage fut un succès dès sa sortie, suivie un mois après sa parution par l’obtention du prix Edgar Faure. 

Pour cette auteure engagée , « son unique mission est de raconter la vie des femmes ». Dans chacune de ces femmes, elle nous dit retrouver une part d’elle-même. D’ailleurs, elle a du mal à utiliser le mot « moi » quand elle parle de son livre, et préfère dire « nous » : les femmes dont elle parle et elle-même. 

 Valérie Perez-Ennouchi nous raconte qu’elle a toujours su que le théâtre était adapté à ce livre, qu’elle a toujours eu envie de mettre en scène ces récits, mais que ce projet fut un long processus. 

Elle souhaitait que ce concept mette en exergue un « féminisme positif » où les femmes et les hommes seraient rassemblés autour d’un même projet. Elle raconte encore comment Jérémie Lippmann a tout de suite adhéré à ce projet d’adaptation et qu’il a su la mettre en œuvre dans le respect de cet état d’esprit. 

Les acteurs, chacune et chacun enjoués par le projet, ont pu choisir leur rôle en fonction des textes qui touchaient le plus leur propre sensibilité. 

 Aujourd’hui, Valérie Perez-Ennouchi partage sa sensation d’avoir accompli sa mission vis-à-vis des femmes silencieuses dont elle retrace les récits : « justice leur est rendue ». 

Ce « pari fou », comme elle en parle, est celui de croire au destin et d’avoir concrétisé une expression du féminisme auquel elle croit : celui d’une cause commune.

Les actualités de Octobre 2023

Le monde bouge, accompagnons le mouvement !

Les avancées pour les droits des femmes, ce qu’il faut retenir.

Congé menstruel de deux jours pour les employées de la Région Nouvelle-Aquitaine

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine envisage d’instaurer un congé menstruel de deux jours par mois, sur présentation d’un certificat médical, pour les femmes employées par la collectivité. Cette proposition sera soumise au vote de la commission permanente le 2 octobre 2023.

C’est l’une des premières initiatives de ce type en France. À la fin du mois de mars, la ville de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) a initié une expérimentation de congé menstruel pour ses employées, tandis que la semaine dernière, l’Eurométropole de Strasbourg a annoncé son intention d’instaurer un dispositif similaire l’année prochaine.

Continuons d’aider à faire bouger les choses !

Source : ouest france

1 femme sur 2 affectée par la discrimination au travail

Dans son état des lieux sur le sexisme daté du 23 janvier 2023, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) considère la situation en France comme alarmante. En ce qui concerne les femmes et leur expérience professionnelle, 46% ont déclaré avoir ressenti un traitement moins favorable en raison de leur sexe.

Face à certains comportements, 35% des femmes n’osent pas demander des augmentations ou des promotions en raison de leur genre, atteignant même 44% dans les groupes socio-professionnels moins favorisés, aggravant ainsi l’écart salarial avec les hommes.

Source : TV5 Monde